brochure Recevez notre brochure par mail
[contact-form-7 id="211" title="Brochure"]
[contact-form-7 id="197" title="Newsletter"]
[contact-form-7 id="85" title="Formulaire de contact"]
lundi 24 mai 2021

lundi 24 mai 2021

C’est un avis qui est passé un peu inaperçu dans l’univers français du véhicule autonome mais c’est un avis qui va compter. En décembre 2019, le gouvernement a créé le Comité national pilote d’éthique du numérique (CNPEN) à la demande du Premier ministre. Il est placé sous l’égide du Comité consultatif national d’éthique (CCNE). Dès le départ, le gouvernement avait missionné ce comité sur la thématique du véhicule autonome sur 5 enjeux :

Lié à la terminologie utilisée à propos du véhicule et des fonctions liées à son automatisation ;
Lié à la sécurité routière et à la sûreté de fonctionnement ;
Lié au contrôle humain du véhicule ;
Lié aux libertés des personnes ;
Lié aux impacts sociaux et environnementaux.
Jeudi dernier, le comité a publié son avis en 24 pages présentant 19 préconisations.

Ces préconisations vont de la dénomination qui serait plus adaptée en « véhicule à conduite automatisée » au lieu de véhicule autonome à la recommandation d’une consultation citoyenne la décision d’autorisation de circulation des véhicules à conduite automatisée à usage privatif ou partagé dans un espace territorial donné en passant par la soumission du déploiement des véhicules à conduite automatisée à une homologation environnementale globale qui prenne en compte le véhicule lui-même ainsi que les infrastructures matérielles et numériques dans les différents modes d’usage et de fonctionnement. Au passage, c’est d’ailleurs sur l’enjeu environnemental que le comité fait le plus de préconisations.

Si l’enjeu de la vigie n’est pas d’émettre un avis sur un avis, nous réaliserons une analyse des 19 préconisations d’ici le 31 mai.

En attendant : https://www.ccne-ethique.fr/sites/default/files/cnpen-avis-vehicule-autonome-avril-2021.pdf

Pour ajouter à cette lecture, nous ne pouvons préconiser que celle du rapport présenter aussi jeudi par la MACIF dans le cadre de sa contribution et de son leadership dans la communauté d’intérêt du Movinonlab sur le véhicule autonome : https://presse.macif.fr/actualites/vehicule-autonome-la-communaute-dinteret-movinon-lancee-par-la-macif-publie-son-rapport-dune-approche-technologique-et-urbaine-a-la-mobilite-inclusive-et-durable-dans-les-territoires-1a61-821df.html

Ce rapport a comme origine la conviction de la MACIF que le véhicule autonome partagé notamment la navette autonome pourrait être une solution pour favoriser une mobilité inclusive, notamment dans les territoires ruraux et périurbains. L’ensemble des contributeurs (BNP Paribas Cardif, Deloitte, Faurecia, Groupama. Kantar, Macif, Maif, Michelin, Microsoft, Orange, SNCF et Vinci) a méticuleusement construit une réflexion qui trouvera son expression prochainement dans une phase d’expérimentation.

D’un point de vue de l’assurance, aux US, on a trouvé un article qui adresse bien les thèmes clefs : https://www.spglobal.com/marketintelligence/en/news-insights/latest-news-headlines/as-autonomous-cars-hit-the-road-insurers-must-navigate-complicated-future-64295981 A voir aussi, l’ensemble des travaux menés par The Travelers Indemnity Company : https://www.travelers.com/travelers-institute/autonomous-vehicles

Au niveau international, c’est les robots livreurs qui font l’actualité avec diverses publications qui donnent un aperçu des avancées du secteur et de son potentiel :

https://roboticsandautomationnews.com/2021/05/19/demand-for-delivery-robots-has-quadrupled-in-past-year-says-starship-technologies/43328/

24/05/2021 - Par: Benjamin Beaudet